Challenge Ulule

Nous participons au challenge Ulule

Grand Prix des Ambassadeurs

Doté de 5 000 € et d’un plan de visibilité sur Ulule, le Grand Prix des Ambassadeurs sera attribué par le vote d’un jury formé des Ambassadeurs d’Ulule.

Grand Prixdu Public

Offrant un plan de visibilité sur Ulule, le Grand Prix du Public sera attribué au projet ayant eu le plus grand nombre de partages sur Facebook durant la période de l’opération.

Soutenez nous

Publicités

C’est quoi un Light Novel?

Les light novels sont écrits dans une optique de distraction populaire, et leur style est donc souvent très différent des romans destinés aux seuls adultes. Typiquement, les light novels utiliseront des paragraphes courts et seront écrits sous la forme de dialogues.

Ces œuvres ne dépassent généralement pas 40 à 50 000 mots, et sont le plus souvent garnies d’illustrations. Tout comme les mangas, les light novels sont généralement d’abord prépubliés par chapitres dans un magazine avant d’être regroupés et vendus au format bunkobon.

Les light novels utilisent généralement plus de furigana que les œuvres pour adultes et ce pour deux raisons :

  • les furigana aident les jeunes lecteurs qui n’ont pas encore une maîtrise complète des kanjis ;
  • les auteurs ont remis au goût du jour l’utilisation des furigana pour donner une lecture (prononciation) aux kanjis différente de celle qui est la leur habituellement. Ces lectures peuvent être inspirées de mots étrangers voire être complètement inventées. Cette technique, utilisée pour donner plusieurs niveaux de sens à certains mots, s’inspire du fait que chaque kanji (ou groupe de kanji) possède à la fois un sens linguistique et une série de prononciations. Le même phénomène est également largement présent dans les mangas.

Par exemple, Toaru Majutsu no Index s’écrit « とある魔術の禁書目録 » avec en furigana « インデックス » (Index) au-dessus des 4 derniers kanji, alors que « 禁書目録 », littéralement index des livres interdits, est normalement prononcé kinshomokuroku.

Les light novels étaient initialement d’abord prépubliés dans des magazines littéraires tels que Faust, Gekkan dragon age, The Sneaker, Dengeki hp, Comptiq et Dengeki G’s. Toutefois, depuis le milieu des années 2000 et avec le développement du marché des light novels, la publication directe prend de plus en plus d’ampleur.

Les œuvres populaires japonaises sont souvent présentes dans plusieurs médias. Souvent, une même franchise existe sous forme de light novel, de manga et d’anime, chacune des trois formes pouvant être celle de départ. De plus, le portage sous un autre média peut être aussi bien une adaptation qu’une suite ou une préquelle. Kämpfer existe sous les trois formes, chacune étant une adaptation de la même histoire, et les light novels sont la version originale. Kimagure Orange Road a fait l’objet d’une suite sous forme de light novels des années après la sortie de l’anime et des mangas.

Le format textuel s’y prêtant, les light novels donnent souvent de nombreux détails complémentaires sur l’univers de l’histoire.

La traduction à l’international des light novels est plus rare que celle des anime et des mangas, même quand ils appartiennent à une franchise qui a du succès à l’exportation. On peut citer les romans Evangelion -ANIMA-, non traduits alors que l’anime Neon Genesis Evangelion est célèbre dans le monde occidental. Même les traductions d’amateurs de la série sont très rares, en comparaison de celles des mangas.

Parmi les titres les plus connus, on peut citer Shakugan no Shana, Read or Die, Spice and Wolf ou encore La Mélancolie de Haruhi Suzumiya.